"Betty" de Tiffany Mc Daniel aux Editions Gallmeister

"Ce livre est à la fois une danse, un chant et un éclat de Lune, mais par-dessus tout, l'histoire qu'il raconte est, et restera à jamais, celle de la Petite Indienne."


Je suis bouleversée…

C'est fort, violent, et en même temps tendre et spirituel.

Betty nous emmène dans son univers : elle est la sixième enfant d'une fratrie de sept.

Il y a l'aîné, Leland, qui est discret mais imprévisible, Fraya, la première fille, le modèle de Betty tant par sa douceur que par sa beauté, Flossie, qui ne rêve que de devenir une vedette hollywoodienne, Lint, le petit dernier, qui bégaie quelque peu mais qui est d'une extrême intelligence, et enfin, deux autres enfants morts dès leur plus jeune âge.

Et puis, il y a Betty, "la Petite Indienne", avec le sang Cherokee de son père.

Elle vit avec, d'un côté, la folie de sa mère, et de l'autre l'amour bienveillant de son Père. Un Père qui lui raconte des histoires, ses origines, ses valeurs, la vie…


Des thèmes forts en ressortent tels la sororité, l'omniprésence de la Nature, la perte de l'innocence, et l'écriture comme exutoire…


L'ambiance est parfois lourde et pesante, mais cette histoire, au combien singulière, m'a beaucoup plu.


Une bien jolie plume!


"J'ai compris une chose à ce moment-là : non seulement Papa avait besoin que l'on croie à ses histoires, mais nous avions tout autant besoin d'y croire aussi. Croire aux étoiles pas encore mûres.

Croire que les aigles sont capables de faire des choses extraordinaires. En fait, nous nous raccrochions comme des forcenés à l'espoir que la vie ne se limitait pas à la simple réalité autour de nous. Alors seulement pouvions-nous prétendre à une destinée autre que celle à laquelle nous nous sentions condamnés."






4 vues0 commentaire