top of page

"Ce matin-là" de Gaelle Josse aux Editions J'ai lu

« Clara, la vaillante, vacillante. Une lettre en plus qui dit l’effondrement. Une lettre qui se faufile au milieu de la vaillance, la coupe en deux, la cisaille, la tranche. Une lettre qui dessine une caverne, un trou où elle tombe, un creux, une lettre qui l’empêche de retrouver celle qu’elle était, entière, debout. »

Je termine cette lecture qui a fait remonter du fond de mon âme, mes expériences passées … Un jour, une fêlure, une faille, l’incompréhension, les doutes, trop de pression au travail, ne plus croire en soi, se débattre avec les questions impossibles, ne plus s’aimer …

@gaellejosse2 j’aime définitivement votre plume et votre manière d’aborder des sujets difficiles avec vos mots tels une poésie qui enflamme !

Un mot : viscéral !

Clara, jeune femme promise à un bel avenir dans une entreprise en plein essor, se perd un matin dans les méandres des doutes, de l’incompréhension. Sa voiture refuse de démarrer. Et tout s’effondre … Elle n’y arrive plus. Elle sombre. Les doutes. Le dégoût. La perte de l’appétit. La perte des repères. Burn Out.

Clara ne sait pas, ne sait plus…




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

« On associe souvent Babel à la folie des hommes. A leur mégalomanie. En fait, c’est tout l’inverse. La tour de Babel est une métaphore. Qu’elle touche le ciel, dit la Bible, mais cela ne signifie pas

« La tempête se répéta durant les trois nuits de notre séjour à Taormine. Le bruit du vent, de la pluie cinglant les vitres de notre cabine , venait renforcer celui de la mer déchaînée. Les masses de

bottom of page