top of page

"Ce qu'il faut d'air pour voler" de Sandrine Roudeix

« Car tout se modifie pour toi. A commencer par ton corps. Entre aujourd’hui et tes seize ans, tu vas grandir d’environ vingt centimètres. Si j’en crois les médecins, c’est d’abord ton nez et tes pieds qui vont s’allonger, puis tes jambes, tes bras, ta colonne vertébrale. Et enfin tes épaules et ton thorax. Comme de la pâte à modeler, des morceaux de toi sont en train de muter et j’assiste, impuissante, à ces transformations qui me volent mon enfant. »


Tous les mots sont justes, toutes les émotions sont vraies, toute cette histoire pourrait être la nôtre à mon fils et moi, à quelques nuances près, certes, mais je m’y reconnais en tous points … On est même née la même année @sandrineroudeix


Ici le récit d’une femme devenue mère, et le chemin parcouru avec son fils Malo. Une mère qui voit évoluer son enfant, et qui se pose toutes ces questions enfouies en chacune d’entres nous … Une mère séparée du père. Comment avancer dans la vie en ayant son enfant en garde alternée ? Et ces sentiments de culpabilité… Une mère passionnée de photographie qui immortalise tous ces moments de vie. Une mère qui aime son tout petit plus que tout au monde. Mais une mère qui doit laisser partir pour laisser grandir …

Une mère qui doit laisser ce qu’il faut d’air pour voler.


Chère Sandrine, merci d’avoir fait de ce livre un hymne à l’amour, un cri du cœur, un éclat de vie !

Merci @emmablue_auteure de m’avoir si bien conseillée.







4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

Comentários


bottom of page