top of page

"Ceci n'est pas un fait divers" de Philippe Besson aux Editions Julliard

« Quand je l’ai rejointe, je l’ai prise dans mes bras. Finalement, je me suis autorisé cette tendresse. Ou plutôt ça s’est imposé, ça a débordé. Léa s’est laissé faire mais il m’a semblé que c’était comme enlacer un arbre : elle ne m’a pas rendu mon accolade, gardant ses bras le long du corps. Cette apathie n’était pas une hostilité, elle disait que la vie s’était retirée d’elle ; la possibilité d’un mouvement, d’un sentiment. J’ai mieux mesuré la violence qu’elle avait subie, qui la laissait exsangue, inconsistante. »

Comment survivre à l’insurmontable ? Quand la sidération prend de plus en plus de place dans le vie de deux enfants brisés. S’ensuivra la colère, le chagrin et la culpabilité.

Léa, treize ans, vient d’appeler son frère de dix-neuf ans. Le souffle coupé d’abord, puis les silences. « Papa vient de tuer maman. »

Le frère prend le premier train en direction de Blanquefort, en banlieue de Bordeaux. Il a dix-sept ans et vit à Paris où il est danseur étoile à l’Opéra. Sa vie va basculer. Tout comme celle de sa sœur. Elle qui était présente le jour du meurtre, dans sa chambre certes, mais bien présente. Elle les a entendu les dix-sept coups de couteau ! Car oui, leur mère a reçu dix-sept coups de couteau !

Le frère se remémorera les souvenirs un peu flous avec leur mère. Et ceux ensuite plus lointains avec leur père. Et puis ces questions qui resteront sans réponses…


Un écrivain que j’aime @philippebessonauteur une plume remarquable, une histoire qui n’est pas un fait divers mais un fait social, bref un roman à lire absolument !


Je remercie une fois encore mes papoteuses, et plus particulièrement Laura pour ce cadeau et la vidéo qui va avec

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

Kommentare


bottom of page