top of page

"Comment j'ai échappé au malheur" d'Annick Perez aux Editions Ramsay

« Étudiante, il fallait le voir acheter les journaux au kiosque de Montparnasse avec ses ballerines et ses lunettes de soleil. Elle avait la désinvolture de Jean Seberg dans « À bout de souffle », parfois avec les cheveux longs, parfois avec les cheveux courts, parfois blonde, parfois auburn, mais toujours lunettes de soleil. Petite, pulls marins, pantalon très serré, mais c’est surtout sa désinvolture que j’ai alias tant. Elle n’avait peur de rien, elle adoptait la vie, tout la faisait rire. Voilà, rire, c’était une solution. »

Nous sommes en 1989, Anouck vient de perdre sa grande sœur lors de son accouchement.

Comment vivre ? Comment avancer dans la vie sans la personne qui est son rempart ? Comment se forger lorsqu’on rentre dans l’adolescence ?

Et bien Anouck tente de s’accrocher malgré le silence qui coule dans ses veines, et malgré toutes ces personnes qui veulent la consoler.

Alors elle court, elle court avec son Walkman rouge vissé sur ses oreilles avec un certain Jean Jacques Goldman en fond musical.

Le chanteur deviendra sa « béquille mentale », elle ne quittera plus ses écouteurs et ce chanteur pendant 3 ans …

Un récit sur l’amour, la puissance des liens du sang.

C’est poignant et drôle à la fois  encore mille mercis @annickperezzetlaoui @sasha_djr de nous avoir fait entrer dans vos vies.


Et cette dédicace « Pour Sophie, la vie finit toujours par gagner. »

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

"Tosca" de Murielle Szac

« Quand j’étais môme, maman se précipitait, bras ouverts, dès que j’ébauchais la moindre crise. C’était délicieux de fondre en larmes. Et je ne m’en privais pas. Papa me grondait un peu. Un garçon, ça

Comments


bottom of page