top of page

"Jesse Owens, le coureur qui défia les nazis" d'Elise Fontenaille

« Quand il court, il se sent libre ! Comme l’oiseau. En filant comme le vent, il oublie qu’il est un enfant noir né dans une famille pauvre, voué à la misère. La course, c’est la joie, la liberté ! On est maître de son destin quand on court. »

Cher Monsieur Owens, votre courage, votre détermination, votre envie d’avoir envie, vos joies, je les garderai en mémoire à vie ! MERCI

Petit fils d’esclave, Jesse Owens grandit en Alabama dans une grande famille où il est le dernier né. Il aime courir, il court tout le temps même lorsqu’il a six ans et qu’il porte chaque jour cent livres de coton sur ses frêles épaules afin d’aider son père au travail … Sa mère sait qui ira loin, qu’il n’est pas comme les autres. Et elle aura raison! Lorsque la famille déménage dans l’Ohio, Jesse est remarqué par son professeur de sport : Charles Riley. Il remarque tout de suite que Jesse Owens a l’étoffe d’un champion ! Il est ensuite convoqué par un ancien coureur : Larry Snyder, et là tout s’accélère. Les Jeux Olympiques de Berlin approchent et Larry veut que Jesse y participe !… C’est le début d’une gloire mondiale. Sur fond de Seconde Guerre Mondiale où tout est fait pour cacher au monde cette propagande nazie, le plus grand coureur de tous les temps sera sacré médaille d’or

Une remarquable histoire tout en détermination et volonté.

N’oublions pas la très belle histoire d’amitié entre Jesse Owens et Luz Long, un Noir et un Allemand … Comme quoi tout est possible

C’est un gros coup de cœur

Lisez ce livre !




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

Commentaires


bottom of page