top of page

"L'enfant rivière" d'Isabelle Amonou aux Editions Dalva

« Elle était si belle quand elle riait de cette manière, les yeux vairons rétrécissaient, comme avant, mais de petites rides apparaissaient au coin, et ça c’était nouveau ; sa lèvre de redressait sur des dents trop blanches et pointues. Comme si elle n’était pas tout à fait humaine. Elle lui faisait un peu peur. Elle lui avait toujours fait un peu peur. Ça faisait partie de leur histoire. La peur. L’attente angoissée. Quand il l’avait rencontrée, elle passait des journées entières à vagabonder dans les bois, seule, avec son père ou avec son chien. Il l’attendait, inquiet. »

Nous sommes au Canada en 2030. Zoé a perdu son fils Nathan il y a six ans. Elle ne s’en remet pas. Le couple qu’elle formait avec Thomas s’est brisé. Nathan a disparu alors qu’il était dans la cours de la maison familiale de Zoé. Un instant d’inattention et hop, l’enfant avait disparu … Tout avait été mis en place pour partir à sa recherche mais cela resta vain. Nathan restait introuvable. Était il vivant ? Était il mort ? Les migrants l’avaient ils enlevé ? La rivière l’avait il noyé ? Toutes ces questions restaient sans réponse. Mais Zoé savait au fond d’elle même que son fils était vivant … Au delà de cette quête, cette femme au caractère bien trempé mène un combat intime et violent. En effet, elle cherche à savoir qui elle est, comment sa vie à t elle été construite, entre une mère marquée au fer blanc par son passé, et un père aux gestes abjectes envers sa file…

Cette lecture m’a touchée en plein cœur je reste imprégnée par l’atmosphère et l’histoire singulière …

C’est haletant, prenant et puissant !

Encore un grand merci @editions.dalva @vleel_




3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

Comments


bottom of page