"La déraison" de Agnès Martin Lugand aux éditions Michel Lafon

« Le bouquet pour mettre un peu de vie dans le séjour. J’y nichai mon nez, les roses sentaient si bon. On ne devrait jamais oublier le parfum des fleurs. Il a comme un goût d’enfance. Il procure une énergie paisible. J’avais oublié que j’aimais ça. »


DÉRAISON : nom féminin. Manque de raison, de jugement ; folie.


Que dire de ce splendide roman, intense, poignant, éblouissant, si ce n’est que je l’ai dévoré et qu’il m’a transcendée.

J’ai eu des frissons, j’ai eu des sourires et j’ai pleuré, oui j’ai pleuré car submergée par mes propres émotions…

Alors oui ce livre est et sera un coup de en hommage à la vie ! Merci @agnesmartinlugand.auteur

Madeleine a une fille Lisa, qu’elle a eu avec Vasco. Ils divorcent mais l’amour continue différemment. Madeleine a deux sœurs, Suzanne et Anita. Elle est la petite dernière. Madeleine travaille avec Vasco dans une agence de voyage et a déjà fait le tour du monde avec lui et sa fille. Madeleine est malade. Madeleine va mourir.

Que faut-il faire lorsque l’on sait que l’on va partir pour le pays d’où l’on ne revient pas ? A quoi pense-ton ? À -ton encore des souhaits ? Que reste-t-il ? De la vie ? De la joie ? Des jours heureux, comme malheureux ? Les souvenirs suffisent-ils ? Madeleine veut partir sereinement. Elle décide de partir en Bretagne avec Lisa, dans la maison où elle passait ses vacances étant enfant, afin de lui avouer un secret …


Merci Estelle !





0 vue0 commentaire