top of page

"Le ventre de la péniche" de Fabrice Capizzano aux Editions Diable Vauvert

« On ne construit rien sur du vide, on ne peut que tenter de le remplir avec les trois mauvais cailloux qui traînent au fond de nos poches. Les mots ne sont pas des marchandises, ils sont la solution, ils sont les soupapes de sécurité qui empêchent l’implosion, les petits trous sur les capots des cocottes minute. J’ai toujours été persuadé qu’on pouvait arrêter des guerres avec les mots (…) Un style, une façon de les employer, une manière de les enjoliver, de les coiffer, de les maquiller ; de la rhétorique propre sur elle (…) On ne pèse pas les mots comme des bouts de viande (…) on est comme des rivières souterraines qui cherchent la sortie coûte que coûte et qui se jettent frénétiquement contre les parois des boyaux de la terre vers les voies sans issue. »

Quel livre et quelle histoire !! Un style, un rythme, une plume très particuliers mais authentiques ! J’ai adoré !

Jason Cervantès est un photographe de renom, il immortalise la vie des gens ici bas… Sa vie bascule quand il rencontre Hannah, une pianiste virtuose. Elle lui présente son amie d’enfance Gladys. La vie continue en s’aimant tous les trois… Amour, passion, destruction.. C’est fort et violent mais c’est bon ! La vie passe après un passage au vert dans la cabane de son ami Yann qui lui sauvera la vie. Hannah recontacte Jason pour l’informer que Gladys est morte, il faut partir disperser ses cendres à Tristan Da Cunha, l’endroit où elle est née … Dès lors commencera une aventure absolument improbable mais très fidèle à la vie !!

C’est prodigieux ! Merci @vleel_ @serial_lecteur_nyctalope grâce à qui j’ai découvert cet auteur de génie Fabrice Capizzano.






0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page