top of page

"Les cendres sous les coquelicots" de Carine Pitocchi aux Editions Charleston

Coup de coeur

« Emily avait enfin posé le pied sur le sol de France. Cette France saignée à blanc. Durant son trajet jusqu’à l’ambulance anglaise où on l’avait affectée, elle put constater l’ampleur du désastre. Partout des paysages désolés, des villages à moitié moribonds, avec pour seule présence masculine des enfants et des vieillards tentant tant bien que mal de subsister. Et des femmes. Des femmes qui tenaient. Dans les champs, dans les villes, dans les cafés, les restaurants, les hôtels, les commerces, les usines, elles tenaient. Toute l’économie du pays pesant lourdement sur leurs seules épaules. »

Je termine cette histoire où l’on traverse le temps et l’Histoire (avec un grand H), et où les personnages ont tous joué un rôle important pour leur pays.

Nous sommes en 1914 et la Première Guerre Mondiale frappe à la porte de l’Angleterre. Nous retrouvons Emily et d’Archibald Marsden, Julia Cornwell et William Murphy, ainsi que leurs domestiques… Leurs vies seront mises à rudes épreuves, mais les femmes auront le courage de s’engager aussi afin d’aider les autres … Nous découvrons aussi de nouveaux personnages tels que la Princesse Elena qui doit quitter sa Russie natale pour échapper à son horrible frère ; Antoine Smulenski jeune homme russe et juif contraint de quitter lui aussi son pays. Les rencontres se font au gré de l’Histoire, et c’est formidable !

@carine_pitocchi un immense MERCI pour ce spectacle auquel je viens d’assister et de participer Mon balance pour Antoine …

C’est remarquablement écrit, c’est follement passionnant et terriblement criant de vérité !





2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

Comments


bottom of page