top of page

"Marilyn, ombre et lumière" de Norman Rosten aux Editions Seghers

« Elle aimait la poésie. Elle comprenait, avec l’instinct d’un poète, que la poésie menait au cœur des choses. Elle connaissait le monde intérieur mouvant du poème, avec ses secrets, ses spectres, ses surprises. Elle aimait les surprises, verbales ou visuelles. Elle aimait le côté sombre et mystérieux qu’il y a dans un bon poème. Et quelque part au fond d’elle-même, elle ressentait une vérité primordiale : que la poésie est liée à la mort. La joie et la fascination sont l’autre visage de l’élégie. L’amour et la mort, opposés et mêlés, sont ses frontières. C’étaient les siennes. »


Coup de cœur absolu pour cette lecture passionnante, troublante, bouleversante et intimiste …

Marilyn aimait la poésie, elle aimait les animaux, elle aimait les enfants, elle aimait la lecture, la peinture et la sculpture, elle aimait les arbres, elle aimait les oiseaux, elle aimait la vie !

Norman Rosten nous conte Marilyn à travers leurs rencontres, leurs vacances, leurs appels téléphoniques, leurs dîners. Il nous emmène avec lui sur les traces de la plus belle femme du monde, une femme intelligente, intellectuelle et passionnée.

Comme j’aurais aimé la rencontrer, lui parler, l’écouter …

Ce récit est magnifiquement écrit, les mots sont choisis avec une grande délicatesse, on y ressent du respect, de l’amour et de la bienveillance.

Encore merci @editionsseghers pour ce cadeau





6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

コメント


bottom of page