top of page

"Rien ne dure vraiment longtemps" de Matthieu Seel aux Editions Harper Collins

« J’ai dû trouver qui j’étais à l’âge de dix ans. Je fumais des joints. C’est tôt, me direz-vous. En tout, j’étais assez précoce. J’avais cette profonde souffrance liée à ma naissance. Le manque de repères, l’abandon, la perte de racines, un deuil a faire (…) « Je » est un personnage qui fuit le monde, un monde sans repères, un monde mal taillé pour lui. « Je » est un personnage qui saigne et qui flambe, qui se consume et qui se noie en même temps. Un personnage condamné à vivre même s’il est déjà mort et qui se croit roi. Voudrait n’être éternel qu’une seule fois, n’être qu’un mort en sursis, un seul homme à la fois. »

Comment vous dire la claque que je viens de me prendre … Je l’ai commencé hier soir et rien n’a pu m’arrêter.

Un livre qui me sort de ma zone de confort, qui me prend aux tripes, qui me bouleverse et m’effraie, qui m’ouvre les yeux sur un autre monde, qui me foudroie…

Mais un livre époustouflant !!!!

@marieeugene__ merci d’avoir rendu possible cette lecture particulière et hors normes pour la lectrice que je suis, et d’avoir cru en Matthieu !

@vleel_ @serial_lecteur_nyctalope merci de nous proposer des rencontres littéraires toujours aussi passionnantes avec des auteurs et autrices passionnés, pour qu’ensuite nous craquions acheter leurs ouvrages en librairie

@matt.sees MERCI et respect.




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…) Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il i

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

コメント


bottom of page