top of page

"Sur mes épaules tu bâtiras ton monde" de Julien Aimé

« Un père, c’est celui qui donne de l’amour. Pour toujours (…)

Louis rêvait d’aller au cinéma avec elle, de rire et chanter ensemble devant un dessin animé, en mangeant du popcorn et des bonbons. Il imaginait ses éclats de rire cristallins. Un rire, c’est tellement banal pour un cœur blasé d’adulte, mais Louis aurait tout donné pour en entendre ne serait-ce qu’un seul. Car le rire d’un enfant vaut tout l’or du monde. Tous les printemps sont possibles, tous les espoirs sont permis. Le rire rouvre en nous toutes nos fleurs fanées, faisant disparaître nos douleurs et nous remplissant de vagues de douceur. »

L’histoire de Louis et Anna, ils sont jeunes et ils s’aiment. Ils se marient et enfin la nouvelle tombe, Anna est enceinte. Une joie incommensurable envahit le futur papa.

Mais une autre nouvelle va changer sa vie à tout jamais, le diagnostic tombe : Louis est atteint d’une leucémie foudroyante.

C’est le chaos et l’incompréhension totale pour le couple, sa famille et ses amis. Louis est anéanti. Il en veut à la terre entière. Pourquoi lui ?…

Mais il veut lutter jusqu’au bout, accompagner son épouse dans sa grossesse et faire la connaissance de sa fille.

La vie lui laissera-t-elle le temps ?…

J’ai sourit, j’ai été ébranlée , et puis j’ai pleuré, j’ai sangloté tant les émotions étaient fortes.

@julien_aime_auteur vous avez une plume particulièrement touchante, merci pour le moment que j’ai passé

Entre douleur et douceur, l’auteur nous emmène sur les chemins de la vie et la mort, sur la présence de l’absence et sur les liens paternels. Que c’est beau !!!


Merci ma binôme de m’avoir si bien conseillée

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Douze contes vagabonds" de Gabriel Garcia Marquez

« J’ai toujours cru que chaque version d’un conte est meilleure que la précédente. Comment savoir alors qu’elle doit être la dernière ? C’est un secret du métier qui n’obéit pas aux lois de l’intellig

"Tosca" de Murielle Szac

« Quand j’étais môme, maman se précipitait, bras ouverts, dès que j’ébauchais la moindre crise. C’était délicieux de fondre en larmes. Et je ne m’en privais pas. Papa me grondait un peu. Un garçon, ça

Comments


bottom of page